Effeuillage printanier à l’automne de ma vie.

Mots-clefs

,

L’automne de ma vie commence.

Je suis colorée, riche en variations et magnifique comme cette saison de transition.  Je possède de nombreuses qualités et je peux réaliser une quantité de projets presqu’illimités!  J’ai occupé plusieurs rôles, fonctions, titres et responsabilités, mais voilà que ces nombreuses feuilles me pèsent plus  lourd.  J’ai les branches fatiguées à tout supporter.

Je ne suis plus certaine de vouloir encore de tous ces rôles et responsabilités.  J’ai le goût de retrouver l’essence de mon arbre sans ses feuilles.  Le bois brut, la matière première.  Un effeuillage s’impose à moi.  Changer les anciens rôles, patterns et responsabilités pour  les mettre d’actualité, le tout sans froisser ou blesser ceux qui me sont aimés.

Je tente de faire du ménage printanier de mon côté, de repartager ce que je ne veux plus garder, de changer ce que je ne veux plus supporter ou même endurer!  Mon expression est parfois explosive, d’autres fois pas assez affirmative.  D’un essai à l’autre, je tente de me retrouver, retrouver celle que j’ai le goût d’être et d’accompagner au rythme des saisons de ma vie, qui elles, passent.  Mon printemps et mon été ont été bien chargés en responsabilités, en premiers rôles et en nécessités.  Mes enfants sont élevés, ils ont tous quitté le nid. Dois-je garder encore toutes ces branches et feuilles pour les protéger?

Je décide de m’alléger et de me  libérer de certaines branches moins utiles à la santé de mon tronc, de mes racines, de mes feuilles et de mes fruits.  Un élagage en règle s’impose doucement afin de redonner vie et souplesse à mon arbre vieillissant.  Je cherche à lui redonner une forme agréable et équilibrée.  Pas trop de branches, d’ombres et de poids.  Pas trop de soleil ou de trous non plus.  Juste ce qu’il faut pour redonner un équilibre au jardin et retrouver le calme et l’harmonie.

C’est donc pour moi, saison d’effeuillage, d’élagage et de ménage en ce début de printemps, pour profiter au maximum de l’été à venir et de l’automne promis.

Un effeuillage printanier à l’automne de ma vie!

21 mars 2017

Faire fleurir le cahot.

Mots-clefs

img_4344

Le soleil de février se pointe le nez

Et fait fondre la belle neige accumulée.

L’hiver a été profond pour moi,

Profond, riche et froid.

J’ai combattu mes démons

Et chercher le soleil à l’horizon.

La trop grande peine accumulée,

Ne savait plus comment être évacuée.

La peur de mourir de chagrin,

si je lui ouvrais la porte n’était pas très loin.

De pas à pas, de larmes étouffées à larmes exprimées

Lentement j’y suis arrivée.

Je suis maintenant fatiguée de cette grande traversée.

J’ai le gout de me reposer,

De profiter un peu de cette grande bataille gagnée.

Je me cherche un port, un lieu d’attache et de plaisance

Pour retrouver mon souffle, ma santé et mon aisance.

Le tricot occupe mes doigts et mes pensées

Mais une tendinite m’a rattrapée.

Mon esprit cherche à s’évader,

Mon corps à se reposer.

La peinture m’est revenue,

Quelques taches sur un papier nu.

De gribouillis en fouillis,

Les taches ont rempli le papier,

Et le cahot est arrivé.

Que faire de toutes ces marques,

De toutes ces traces…?

Tiens, des fleurs!

Pétales par ci,

Tiges par là,

Transformer ce cahot en quelques fleurs colorées.

Faire fleurir le cahot…

Il me semble que ce n’est pas nouveau!

Changer ce qui est laid en beau,

Ce qui fait mal

En énergie vitale

Et me voilà repartie…

Moi qui cherchais le repos,

Il y a toujours quelque chose de beau

À vouloir sortir de mon cahot!

Le repos n’est pas pour sitôt!

21 février 2017

Les mailles de notre amour.

Mots-clefs

,

20160123_145634 Je publie à nouveau un texte écrit il y a deux ans.  L’hiver est pour moi une belle saison pour le plein air et le tricot.  J’aime tricoter, créer des morceaux avec de la laine et…des noeuds, finalement.  J’aime les images qui se dégagent de pelotes de laines emmêlées à patiemment trouver le bout, défaire les noeuds, retrouver le fil…  J’y vois aussi toute ma démarche de reconstruction.  Défaire les noeuds, retrouver le fil, créer quelque chose de nouveau, d’utile à partir de la matière de base.  Le tricot a sur moi un effet thérapeutique!

Les mailles de notre amour.

Les mailles de la vie,
Les mailles de la peine.
Les mailles de la guérison
Les mailles du bonheur à l’horizon.

Je tricote une petite laine,
Une petite laine de guérison
Pour retrouver ma raison,
Ma passion.

Une maille à la fois,
J’égraine notre histoire.
Petit à petit, je t’ai tricoté,
Je t’ai fabriqué.

Petit à petit nous sommes apprivoisées,
Nous nous sommes confrontées.

Une maille à l’endroit,
2 mailles à l’envers…
Pas toujours facile les relations à la mère.

Une maille à l’endroit,
Une maille échappée.
Le travail a ses ratés
Mais il est fait avec amour et bonne volonté.
Les mailles glissent sur les broches
Un doux cliquetis rythme ma guérison.
La petite laine nous rapproche
Doucement nous nous retrouverons.

Une maille de souvenirs
Une maille de chagrins
Une maille de rires,
Une maille de regrets.

De quoi aura l’air ce tricot
Fait d’amour et de peines
Tissé de regrets et de souhaits.

Une maille à l’endroit,
Une maille à l’envers,
Doucement vers la lumière,
Doucement vers toi en moi.

Au fil des mailles,
Au fil des rangs,
Je laisse glisser les mailles de mon malheur,
Je laisse monter les mailles de mon bonheur.

30 janvier 2015

Deux ans plus tard…le tricot avance bien!

Une maille à l’endroit,

Une maille à l’envers,

tout un univers se démêle,

tout un univers se recrée.

Les mailles de regrets sont passées,

Les mailles de bonheur sont augmentées!

Une douce couverture de tendresse et d’acceptation est montée de ce tricot de chagrin!

23 janvier 2017

 

La femme et la mère.

Mots-clefs

,

Cette semaine, nous soulignions 35 ans le fréquentation.  Ce n’est pas rien!!  Mon homme m’a surprise en m’offrant une perle d’amour accompagnée d’un magnifique poème qu’il me permet de vous partager.

                        La femme et la mère.

Depuis les 35 dernières années, j’ai appris à te connaitre,

Tu es une femme extraordinaire.

Depuis les 35 dernières années, tu m’as appris à me connaitre,

Je suis un homme meilleur et ce n’est pas ordinaire!

Nous avons eu trois beaux enfants.

Ça n’a pas été facile tout le temps,

Mais grâce à notre complicité,

Nous avons réussi, on peut s’en féliciter.

Nous avons passé au travers de multiples épreuves.

Nous sommes toujours un couple uni, c’en est la preuve.

Tu es une femme attachante, tu es une mère réconfortante.

Tu es une femme généreuse, tu es une mère rigoureuse.

Tu es une femme providentielle, tu es une mère exceptionnelle.

Tu es MA femme courage, tu es LEUR mère courage.

Je t’aime pour ce que tu es.

Je t’aime pour ce que nous sommes,

Je t’aime pour ce que nos enfants sont.

André

img_3035

 

Je suis très touchée par ces mots, cet amour et ce geste.  Je réalise combien je suis choyée et combien , malgré tout ce qui occupe nos vies et nos quotidiens, je ne le vois pas à sa juste valeur.  Merci André pour ces mots magnifiques, pour cette déclaration d’amour après toutes ces années à nous découvrir et à vivre ensemble, avec tout ce que cela implique de beau et…de quotidien.  Je t’aime.  Tu fais partie de ma force, de mon courage et de ma vie…pour le meilleur et pour le pire avons-nous déjà dit hein??  Le pire nous étant arrivé…le meilleur reste à vivre!

Arrêter le temps

Mots-clefs

,

papillonArrêter le temps

Prendre un tout petit instant

pour le savourer

pour l’apprécier, le remarquer.

Apprécier ce moment,

ce tout petit instant

où l’on constate que l’on est bien,

chanceux, heureux!

Dans le feu de l’action,

Dans le quotidien

ou même dans les grands moments,

il est facile de se laisser emporter

et de ne pas réaliser la chance que l’on a de vivre cet instant,

celui là, celui qui est là, à ce moment précis.

 

Faire une collection de petits moments,

d’arrêts de temps,

afin de le réaliser pleinement!

Merci Josée Boudreault

qui bien malgré elle

m’a touchée plus que toutes ses conférences et propos quoique très pertinents,

en ayant survécu à un AVC

et qui était citée comme celle qui arrête le temps!!

Je veux m’approprier cette phrase et l’utiliser pour  moi et pour les miens très souvent!

Arrêtons le temps et savourons la chance que nous avons d’être là!!

 

Juillet 2016

 

L’arbre de Laurie-Ève

Mots-clefs

,

NOVEMBRE 2015.

Derniers souvenirs de l’arbre de ma grande…

Espérons que sa semence résistera à l’hiver!

arbre de Lauriearbre de Laurie

NOVEMBRE 2016

Il y a un an…la Ville de Boucherville faisait couper l’arbre qui a pris la vie de notre fille.  J’avais pris plusieurs photos de cet arbre, qui bien malgré lui, faisait parti de ma vie.  J’allais régulièrement jaser avec cet arbre.  Un peu de ma fille s’y retrouvait.  Cet arbre si fort gardait la tête haute, les racines bien ancrées dans le sol, le tronc fort.  Il luttait contre les intempéries et passait les saisons sans faiblir.  Tout le contraire de ce que je vivais moi de mon côté.  Mes racines ébranlées, ma tête complètement troublée, je subissais les saisons et cherchais mes repères.

Quand je venais méditer à ses pieds et me nourrir de sa force, je puisais sa sagesse.  Quand il a été décidé de le couper…ce fut difficile pour moi.  Un deuxième décès.  Ce qui me reliait à ma fille mourait aussi.    Le lendemain de la coupe, j’ai trouvé un germe de vie au pied de la souche mère, protégé par le tronc principal.  ( voir le texte germe de vie)   Délicatement je l’ai cueilli et je l’ai ramené à la maison avec l’espoir de le faire pousser.

Malheureusement, malgré tous mes soins, il n’a pas passé l’hiver.  Mais le bois que nous avons pu récupérer,lui , a bien séché et a commencé à revivre dans les mains de mon conjoint.  Il était important pour nous que cette mort si atroce et horrible soit elle puisse quand même laisser quelque chose de beau.  Le bois de l’arbre qui a pris la vie de notre fille revivra dans des créations que nous ferons.  La première est cette table travaillée à partir de buche et de tranche du tronc principal.  L’essence est de l’érable argenté, un bois dur et magnifique.  Avec amour et patience, mon conjoint a travaillé ses pièces de bois afin d’en faire un meuble bien précieux à nos yeux.

Quand nos enfants sont petits, nous travaillons à leur donner des racines afin qu’ils puissent plus tard déployer leurs ailes.  Dans ce cas-ci…notre fille a déployé ses ailes trop vite à notre gout.  Nous avons donc travaillé nos racines, les racines de l’arbre qui a pris sa vie, afin de retrouver notre enracinement dans cette vie  et de retrouver notre équilibre.

Des racines et des ailes afin que ses ailes nous redonnent nos racines!

 

Ma deuxième vie

Mots-clefs

,

 

img_3083

Je n’ai pas gagné à la loterie,

j’ai gagné une nouvelle vie.

Il y a 3 ans, je ne croyais pas à ma chance,

je vivais une réelle malchance.

Et ce l’était aussi.

Quelles sont les probabilités pour que le vent souffle assez fort pour faire tomber une très grosse branche,

bon assez élevées quand même. Mais pour que cette branche tombe sur la tête d’une personne, plus rare

et encore plus rare et de malchance pour que cette personne soit MA fille!!

La vie s’est arrêtée pour elle, pour moi, pour nous!

Il nous a fallu lutter, nager, surnager contre le noir, la dépression, le découragement, le désespoir.

Nous avons travaillé fort.

Nous ne voulions pas périr.  Nous ne voulions pas mourir.

Lire la suite

Le deuxième printemps!

Mots-clefs

,

IMG_4942

Ton pommetier est en fleurs!!  Il ploie sous le poids des pétales délicates d’un rose courage.  C’est ma couleur depuis ton départ.  Le Rose Courage, celui de la vie plus forte que la mort, celui de la force, de la volonté, de la persévérance.  Ce rose si intense et si vivant me permet de poursuivre ma route sans toi!

Tu me manques de plus en plus ma fille!  Nos conflits s’effacent, nos querelles s’oublient et nos différences perdent de leur intensité.  Je réalise que nous serions probablement prêtes à nous rencontrer pour vrai, à échanger, à partager.  Nos rôles respectifs se font moins grands et je voudrais pouvoir être juste là avec toi!

Assise sous ton pommetier je regarde le temps passer, les saisons évoluer et la vie continuer.  Je me sens proche de toi assise ici.  Le temps est suspendu un peu comme les pétales de tes fleurs.  Elles sont fragiles et délicates tout en étant fortes sous ce vent de printemps.

C’est le troisième printemps sans toi, celui où on recommence à croire à l’été.  Le printemps des projets de vie et non plus que ceux de survie!  Si chaque fleur de ton arbre nous promet une pomme…ton automne sera fécond, riche et nourrissant!

Les pétales se détachent doucement et virevoltent dans le vent!!  on pourrait croire à une chute de neige…estivale!  C’est le temps du changement!!  De fleur à fruit, la magie opère!

Bon printemps ma petite fleur de pommier!

xxx

IMG_4933

Printemps magique.

Mots-clefs

bourgeons

Renaître!

Renaître avec le corps par le yoga, le Qi Gong, la méditation…

Renaître avec le coeur, faire la paix avec la mort et renouer avec la vie.

Renaître avec la tête.  Comprendre ce qui m’est arrivé, ce que je deviens, ce que je choisis.  Analyser, chercher, creuser, comprendre….

Je renais, je reviens à la vie après un long passage du côté sombre, le côté sombre de moi-même, le côté sombre de mon coeur, le côté sombre de mon esprit.

Le printemps revient après un interminable hiver!!

Interminable mais aussi si riche en explorations intérieures et en découvertes.

Un hiver qui m’a permis de « germer », de découvrir un incroyable potentiel en moi, d’avoir accès à mes ressources les plus profondes mais aussi les plus précieuses et les plus rares.

Prendre du temps pour moi, pour explorer la solitude choisie.  Pas celle imposée par le départ des autres ou par mes propres départs mais bien celle que je choisis pour le plaisir de me découvrir, de savourer le temps et de l’occuper comme je le veux et avec ce que je choisis POUR MOI!

Écouter le temps, savourer le temps, le laisser s’égrainer et en déguster chaque seconde. Apprécier ce qui est et le laisser être!  Quel luxe magnifique!  Quel cadeau extraordinaire à s’offrir!  Bien malgré elle, la mort m’a offert ce temps de pause et de découvertes.

Le printemps est revenu.

Le printemps de ma longue hibernation.

Je me sens comme les bourgeons en cette saison.

Gorgés de vie, de sève, d’avenir.

Prêts à exploser, à éclater!

Milles projets s’ouvrent à moi,

La vie est devant nous!

J’explose d’imprévus et d’occasions magnifiques.

Je me sens fébrile et vivante.

Des évènements positifs se bousculent plus stimulants les uns que les autres.

Retraite de yoga, temps partagé, achat de mon havre de paix et demande de préretraite!

La maison aux Rainettes sera pour moi

MON coin de paradis, mon havre de paix.

Mon renouveau, mon espace libre.

Elle sera aussi pour nous le projet rassembleur que nous cherchions pour nous rapprocher et nous retrouver après la tempête passée.  Elle sera le projet commun pour notre retraite. Un nouveau nid pour y refaire notre vie et poursuivre notre envolée.

J’ai gagné sur l’hiver!

J’ai gagné sur la mort!

Le printemps revient!

La vie s’ouvre à nouveau devant nous!

 

Les perles de joie!

Mots-clefs

Ce matin de ma fenêtre, j’ai pu admirer des milliers de petites perles de joie suspendues à mes arbres.  La pluie a laissé ces magnifiques gouttes de petits bonheurs, ces parcelles d’étoiles, ces fragments d’éternité!

rosee

Je commence donc ma journée émerveillée de telles beautés si présentes à nos regards attentifs!!

Bonne journée!!